Les dons sont admissibles à un crédit d'impôt entre 75% et 85%. *Seuls les Lambertois(e)s peuvent contribuer.

 

Les entrées de ville

Dernière mise à jour : 30 juin 2021


Les entrées de ville permettent la plupart du temps un accès direct par la voiture au coeur de ville. Créant ainsi un sillon de transport routier important, avec toutes les nuisances que cela implique (sécurité, pollutions visuels, sonore et de l’air, etc.) . Hors, deux options permettraient de pacifier cette volonté d’accéder rapidement au cœur de ville :


La création d’un axe routier apaisé, atténué par une végétation riche et une mixité des destinations (habitations, bureaux, activité) homogène tout du long.


Une 2e possibilité, pour les villes de taille moyenne serait de créer une zone tampon, un parc de stationnement juxtaposant une gare routière, invitant les automobilistes à garer leur voiture et emprunter un réseau de transport en commun riche, soutenu et varié (bus + tramway par exemple).


Source : L’entrée de ville, la 1ère clé pour une harmonie d’ensemble


EMBELLIR ET RENDRE PLUS SÉCURITAIRE


Les règlements d’urbanisme encadrent le développement des entrées de villes et de villages, et contribuent au contrôle du développement de ces secteurs. Ils déterminent notamment le zonage précisant les fonctions permises, les marges de recul et les limites d’affichage.


Un paysage d’entrée accueillant exerce de l’attrait tant sur les visiteurs que sur les entrepreneurs et les résidents potentiels.


Source : L’entrée de votre ville est-elle accueillante? - Réseau de veille en tourisme (veilletourisme.ca)


''Les entrées de ville sont depuis l’Antiquité et l’apparition des premières villes, une étape importante du parcours menant du rural à l’urbain dense et à la ville centre. Elles révèlent et mettent en scène l’arrivée en ville. Leur importance dans l’identité et la symbolique d’une ville et d’un territoire en a fait des espaces de projets privilégiés par les acteurs publics et privés de l’aménagement. Elles sont donc révélateurs d’un contexte géopolitique, des

volontés politiques, des goûts et des pratiques urbaines d’une époque. Leur évolution spatiale, morphologique, et fonctionnelle au fil des époques et des transformations urbaines est indéniable mais certaines caractéristiques et fonctions sont récurrentes et permettent de se représenter mentalement cet espace historique.


Dans l’imaginaire collectif, les entrées de ville historiques sont associées à l’idée de la porte, d’une frontière économique, morphologique, sociale et paysagère. Ce sont des zones de flux intenses de toutes sortes (humains, marchandises, capitaux...) qui participent au dynamisme de la ville au même titre que le centre ancien.


Mais contrairement à ce dernier, elles ont une image plutôt négative due en partie aux fonctions d’octroi, aux activités polluantes et peu valorisées, et à l’insécurité. Cette représentation mentale est liée à la ville compacte et concentrique.


Les entrées de ville redeviennent un territoire de projet qui doit servir la métropole ou la ville territoire tant économiquement, qu’identitairement mais elles doivent également participer à dynamiser la vie locale et réduire les inégalités sociospatiales dans ces territoires faits d’enclaves et de ruptures.


Source: LA PLACE DES ENTRÉES DE VILLE DANS L’URBAIN GÉNÉRALISÉ


Mémoire entrée de ville Quentin Barbier 2016
.pdf
Download PDF • 11.82MB

38 vues0 commentaire