Les dons sont admissibles à un crédit d'impôt entre 75% et 85%. *Seuls les Lambertois(e)s peuvent contribuer.

 

Interdire les bateaux à moteurs du parc des Iles-de-Boucherville?


Congé de porte à porte hier après-midi alors qu'Isabelle et moi avions prévu d'aller faire du SUP (Standing Up Paddle) ou planche à pagaie au magnifique parc national des îles-de-boucherville géré par la SEPAQ.


Nous sommes chanceux à Saint-Lambert d'avoir accès à un parc national situé à 22 min ou 17,6 Km de distance.


Le parc a une fréquentation annuelle de 295 000 jours-visites. Les inventaires fauniques réalisés par les gardes-parc ont permis de confirmer la présence de nombreuses espèces:


265 espèces d’oiseaux

50 espèces de poissons

25 espèces de mammifères

8 espèces de reptiles

7 espèces d’amphibiens


La mosaïque d’habitats diversifiés du parc national des Îles-de-Boucherville attire et abrite une multitude d’animaux sauvages et les îles, situées dans un important couloir de migration, offrent un refuge opportun aux oiseaux en région métropolitaine.


On y retrouve aussi plusieurs espèces en péril.


Nous sommes arrivés au parc vers 10:30, et comme les planches à pagaie étaient déjà toutes louées, nous avons optés pour un kayak deux places.


Notre expérience au départ est semblable à celle racontée par la journaliste Marie Tison, sans son article du 3 août 2020:


'' Le kayak se faufile entre les nénuphars du chenal à Pinard, dans le parc national des Îles-de-Boucherville. Avec beaucoup de chance, il sera possible d’observer une tortue serpentine qui se prélasse entre deux eaux. Mais il est plus probable de voir des tortues peintes, des canards colverts, peut-être un grand héron. Chose certaine, l’endroit est particulièrement serein.


Les choses se gâtent en ressortant du chenal pour emprunter la Grande Rivière. Le chant des oiseaux est remplacé par de la forte musique rythmée émanant de bateaux de plaisance qui font fi des restrictions de vitesse et qui vont s’agglutiner à quelques mètres du centre de location d’embarcations du parc.''



On voit en souligné rouge l'endroit où les plaisanciers aiment aller stationner leurs bateaux de plaisance. Selon, un jeune employé de la SEPAQ , il arrive que les kayaks et planches à pagaie aient de la difficulté à circuler tellement il y a de bateaux et la musique des plaisanciers est assourdissante. C'est aussi difficile pour le bateau de la SEPAQ assurant la sécurité. C'est sans compter les vagues. Honnêtement, cette situation ne fait pas de sens pour plusieurs raisons. C'est à l'intérieur d'un parc national. Il y a des espèces en péril. Cela affecte grandement l'écosystème et l'expérience des utilisateurs du parc. Cette situation est comparable à laisser entrer des camions 18-roues dans un camping sauvage de la SEPAQ.


Responsabilité municipale ?


Transports Canada se dit également consciente du problème mais rejette une partie de la responsabilité sur la municipalité de Boucherville.


« Transports Canada est au fait des activités nautiques qui ont cours dans le secteur du parc des Îles-de-Boucherville et de certains problèmes qui y sont reliés », indique Sau Sau Liu, conseillère en communications au ministère.


Elle rappelle que certaines restrictions à la navigation sont déjà en vigueur dans ce secteur, soit une limite de la vitesse des embarcations dans le Chenal du Sud, dans la Grande Rivière, dans le Bras Nord de la Grande Rivière ainsi que dans la Passe. Ces restrictions ont été mises en place en vertu du Règlement sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments, à la suite d’une demande de la Ville de Boucherville.


« Ce règlement permet de trouver des solutions à des problèmes de sécurité, de protection de l’environnement ou d’intérêt du public dans le cas où aucun autre texte de loi, règlement ou régime de réglementation ne s’applique et où il n’y a pas d’autre solution que de restreindre la navigation sur un plan d’eau », précise Mme Liu. Elle ajoute que la municipalité de Boucherville peut demander au gouvernement fédéral de mettre en place des restrictions supplémentaires, qui peuvent aller jusqu’à l’interdiction pure et simple de certains types d’embarcations. Ces restrictions pourraient s’appliquer en tout temps ou à certaines périodes de l’année. Source: Plaisanciers au parc des Îles-de-Boucherville : pas de changement en vue | La Presse


Effectivement, en matière de navigation de plaisance, une municipalité peut en réglementer certains aspects ou elle peut demander au fédéral certaines restrictions à la conduite des bateaux, sur un ou plusieurs plans d'eau de son territoire. Source: Limites concernant la navigation de plaisance - Outils de protection de l'environnement - Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation (gouv.qc.ca)


Des nouvelles datant de 2019 portaient pourtant espoir.


Nouvelles - Parc national des Îles-de-Boucherville - Parcs nationaux - Sépaq (sepaq.com)


Finie l'attente pour traverser de l'île Sainte-Marguerite à l'île à Pinard, au parc national des Îles-de-Boucherville. La SEPAQ construit actuellement une passerelle de 120 m qui remplacera le service de bac à câble qui était en vigueur depuis l'ouverture du parc, il y a plus de 30 ans.


Québec investit 9,2 millions de dollars dans le parc des Îles-de-Boucherville. Une passerelle, par exemple, reliera l'île Sainte-Marguerite à l'île Pinard et remplacera le bac à câble qui permettait la liaison entre ces deux îles. Les piétons, cyclistes et skieurs pourront ainsi visiter le parc toute l'année. Cette passerelle restreindrait ainsi l'accès aux grandes embarcations.


J'ai parlé à une employée de la SEPAQ Boucherville et la passerelle a été construite en 2019 mais à une hauteur qui ne restreint pas l'accès des bateaux...


Nous allons nous engager à travailler avec les élu(e)s de l'agglomération de Longueuil pour trouver une solution à cet enjeu et redonner aux utilisateurs du Parc National des Iles-de-Boucherville la possibilité de vivre une expérience en nature agréable et respectueuse de l'environnement de ce milieu sensible.


Nous pensons que les qu'élu(e)s de Saint-Lambert doivent avoir démontrer du leadership pour améliorer ces infrastructures qui bénéficient aux citoyens de l'agglomération et dans le cas présent à tous les Québécois.


Interdire les bateaux à moteur du parc des Îles-de-Boucherville - Ce reportage date de 2009, je vous le recommande. Force est de constater que 12 ans plus tard, rien n'a changé.


224 vues0 commentaire