Les dons sont admissibles à un crédit d'impôt entre 75% et 85%. *Seuls les Lambertois(e)s peuvent contribuer.

 

Développement résidentiel St-Charles & Loi sur les immeubles industriels municipaux une opportunité?

Le PPU Saint-Charles présenté aux Lambertois présente un développement purement résidentiel. Cette proposition ne tient pas compte de plusieurs facteurs important.


1) La ville de Saint-Lambert accuse un retard important dans l'entretien et le renouvellement de ses infrastructures existantes (égouts, aqueducs). Ajouter plus d'unités d'habitations mettra une pression supplémentaire. La première étape logique est de présenter une mise à jour sur l'état des infrastructures du secteur Saint-Charles.


A ce sujet, on souligne encore une fois l'excellent travail de M.Pascal F.Ray.

Le Tableau de bord Citoyen des infrastructures d’eau (visionsl.org)


2) L'accès au secteur Saint-Charles est aussi difficile par St-Georges avec les quatre voies ferrées. J'en ai parlé avec l'ancien directeur général de Saint-Lambert. Il m'a indiqué n'avoir jamais amorcé de travail pour améliorer cette situation. J'ai aussi vérifié avec les instances provinciales locales et elles n'ont jamais été consultées à ce sujet. La deuxième étape est de débloquer Saint-Georges avant de développer Saint-Charles.

Débloquer Saint-Georges avant de développer Saint-Charles ? (visionsl.org)


3) La volonté de densifier le secteur Saint-Charles n'est pas partagée par les Lambertois(e)s habitant près de secteur. C'est ce que les Lambertois(e)s nous communiquent lors de nos rencontres. Il faut aussi réaliser que de densifier le secteur Saint-Charles aura des impacts majeurs au niveau des écoles primaires de Saint-Lambert (Rabeau, Saint-Anges, Saint-Lambert Elementary et Préville).


Une règle bien connue est que pour chaque ajout de 4 nouvelles portes dans un quartier, on ajoute 1 élève. Donc, si on ajoute 1,500 nouvelles portes = 375 élèves de plus = 1 école Rabeau de plus. L'administration actuelle de la ville n'a rien prévu en ce sens. Nous avons consulté des instances du Centre de Service Scolaire Marie-Victorin qui nous ont confirmé ce fait.

Une école primaire doit être incluse dans le PPU Saint-Charles. (visionsl.org)


Il manque 800 places en garderies/CPE à Saint-Lambert depuis 20 ans. Les administrations n'ont pas développées de politiques pour stimuler la création de services de garde. Pourtant d'autres villes l'ont fait avec succès. Une troisième étape serait de planifier les services éducatifs pour les familles pour augmenter les services offerts pour la petite enfance et pour l'école dans le secteur Saint-Charles.

Stimuler la création de services de garde avec de l’aide financière (visionsl.org)


Une fois ces trois points planifiés, est-il aussi néamoins possible de faire un développement résidentiel acceptable pour la population en pensant à une mixité d'usage?


La réponse est certainement.


Comment? En utilisant la Loi sur les immeubles industriels municipaux


Saint-Lambert peut par règlement, décréter l'acquisition, au besoin par expropriation, d'immeubles à des fins industrielles ou décréter la construction, la transformation ou l'exploitation d'un bâtiment en tant que bâtiment industriel locatif.


Plusieurs villes du Québec ont utilisés cette Loi. Voici quelques exemples.


Bécancour inaugure son incubateur industriel: «C’est un beau grand moment» | Affaires | Le Nouvelliste - Trois-Rivières


Un terrain cédé à Promotion Saguenay pour un incubateur industriel à Jonquière | ICI Radio-Canada.ca (radio-canada.ca)


Saint-Raymond inaugure son incubateur d’entreprises (infoportneuf.com)


Incubateur industriel – Beauceville

Et il y en a des dizaines d'autres à travers le Québec.


La mixité d'usage permettrait à la ville de générer des revenus de taxes très intéressants sans trop augmenter la pression sur les infrastructures et les services offerts par Saint-Lambert. Cela permettrait aussi d'ajouter des unités résidentielles conçues pour répondre aux besoins des Lambertois(e)s.


Nous avons une population avec des aîné(e)s cherchant des solutions pour peut-être ''downsizer'' en restant à Saint-Lambert. Nous avons aussi de jeunes professionnels et de jeunes familles qui cherchent une première maison mais sont exclus du marché immobilier Lambertois. La pandémie COVID-19 a aussi accéléré la volonté des citoyens à travailler près de leur résidences pour diverses raisons.


Avec sa population éduquée (55% avec des études universitaires), bilingue (75% des Lambertois(e)s sont bilingues) et dynamique, Saint-Lambert est très bien positionnée pour attirer des start-ups.


Il faut penser de façon créative et réinventer ce secteur.

164 vues0 commentaire